Noël est toujours une période de dépenses importantes dont la plus grande partie sera consacrée aux cadeaux.

Le choix du cadeau peut être assez anxiogène. On a peur de décevoir l’autre, de ne pas répondre à ses attentes.  On se casse la tête à essayer de trouver une idée de cadeau originale et unique.
Pour finir, au lieu du plaisir d’offrir, le choix du cadeau devient une corvée.

J’aime à croire que ce qui compte dans l’acte d’offrir c’est l’intention de faire plaisir et non la valeur intrinsèque du cadeau.

Dans certaines cultures,1 les cadeaux sont des objets qui détiennent une force particulière du fait de leur nature de cadeau.
L’échange de cadeaux au sein d’un groupe social représente l’essence de la vie collective : l’interdépendance librement consentie.
Le cadeau participe donc à la coopération dans le groupe et au sentiment d’appartenance.

Mais ce qui compte avant tout, c’est de recevoir quelque chose qui nous plaît, peu importe son prix.
C’est utile de se rappeler ce principe afin de faire baisser la pression au moment de faire un cadeau pour Noël, ou une autre occasion.

Le rapport à l’argent

Beaucoup de personnes se sentent obligées de “mettre le prix fort” dans des cadeaux. Surtout lorsque ceux-ci sont destinés à des personnes proches.

On peut se demander ce que ces donateurs cherchent à compenser en faisant cela ?

  • Peut-être que ce sont des parents débordés qui n’arrivent pas à consacrer un temps de qualité suffisant à leurs enfants ? Ils cherchent alors à neutraliser leur absence par l’aspect financier.
  • Peut-être que ce sont des personnes qui n’ont pas une estime d’elle-même suffisante ? Elles achètent peut-être inconsciemment l’amour des autres ?
  • Peut-être que ce sont des personnes qui ont des moyens modestes et pour lesquelles c’est un geste fort, presque sacrificiel, pour témoigner leur amour ?
  • Peut-être qu’au contraire, ce sont des personnes qui gagnent très bien leur vie ? Elles n’ont plus trop conscience de la valeur des choses. Elles ne réalisent peut-être pas qu’offrir des cadeaux très chers à des personnes moins fortunées qu’elles, peut mettre mal à l’aise les donataires, au lieu de leur faire plaisir.
  • Ou encore, comme leur niveau de vie est élevé par rapport à celui des autres, elles se sentent dans l’obligation de “mettre la main au porte-monnaie”, afin de ne pas passer pour radines ?

Il peut y avoir une multitude de raisons de vouloir faire des cadeaux chers. La cherté étant à définir selon les revenus de chacun.
Ces raisons sont souvent de l’ordre de l’inconscient.
Le rapport à l’argent est singulier. Il nous renvoie à nos croyances les plus profondément ancrées sur nous et le monde.

Différence entre prix et valeur

La valeur supplémentaire que l’on peut accorder à un objet, du seul fait qu’on l’a reçu, ne devrait-elle pas être basée sur le fait que le donateur ou la donatrice l’a soigneusement choisi pour qu’il corresponde à nos goûts, valeurs ou besoins ?

Je me souviens d’une année où une amie proche m’avait offert pour mon anniversaire une trousse de produits de beauté d’une grande marque de cosmétiques.

J’avais été particulièrement déçue de ce cadeau. Je l’imaginais arraché à la va-vite sur la pile de cadeaux prêts à l’emploi du Sephora du coin. Juste pour remplir le sentiment d’obligation d’offrir un cadeau et non avec une recherche consciente de me faire plaisir.

En effet, je n’utilisais plus depuis plusieurs années que des cosmétiques naturelles et biologiques. Or ce coffret provenait de l’industrie chimique.

J’aurai réellement préféré recevoir un cadeau fait maison ou un petit savon artisanal à 5 € que ce coffret de grande marque. Ce cadeau qui a dû coûter plusieurs dizaines d’euros, je l’ai utilisé à contre cœur pour ne pas gâcher les produits.

J’ai été contrariée de constater que celle que je considérais comme ma meilleure amie ne me connaissait pas si bien que je le pensais. Elle n’avait pas tenu compte de mes besoins de protéger ma santé et l’environnement.

Acheter moins mais acheter mieux

La qualité est plus importante que la quantité

Je considère que la qualité est plus importante que la quantité lors de l’achat de cadeaux. Et la qualité n’a rien à voir avec le coût.

Un cadeau réfléchi et choisi intentionnellement que la personne utilisera et aimera sera plus significatif qu’un tas de cadeaux génériques.

Un petit cadeau qui montre à la personne que vous la connaissez, faites attention à ce qu’elle utilise et apprécie, lui transmettra plus d’amour qu’un grand nombre de cadeaux qui nécessitent peu de réflexion.

Vous n’avez pas besoin de plus de cadeaux pour montrer plus d’amour.

Une excellente façon de penser à des cadeaux réfléchis est de penser à ce que la personne aime.

Puis de partir à la recherche d’expériences, de services, ou d’objets qui s’alignent sur ses intérêts et préférences.

Acheter local, artisanal, éthique

Vous avez sûrement dans votre région des marchés de Noël sur lesquels vous pouvez rencontrer des artisans locaux ou des sites web de groupements d’artisans comme C’est fait ici, une association grenobloise.2

En tant que consommateur, acheter en circuit-court permet la relation directe avec un producteur. Ainsi, on peut connaître leurs méthodes de production et leur philosophie.

On s’assure, de cette manière, de la qualité et de l’éthique des objets achetés.

Acheter d’occasion

Les brocantes, les sites de revente entre particuliers, les ressourceries, les friperies peuvent permettre de dénicher de beaux cadeaux, originaux et à moindre prix.

Si vous craignez de vexer une personne en lui offrant un cadeau d’occasion, vous pouvez en faire un jeu et décider en famille que tout le monde cette année offrira un cadeau d’occasion.

Cela peut être un moyen divertissant de passer du temps entre amis, en couple ou en famille, à la recherche du cadeau idéal. Tout en participant à la revalorisation d’objets qui sans cela risqueraient de finir à la déchèterie.

L’achat d’occasion devient alors une expérience à la fois conviviale, écologique et économique.

Fabriquer ses propres cadeaux : le Do It Yourself3 (DIY)

Les origines du ‘’fait maison’’ remontent au mouvement hippie et aux mouvements punks des années 70. C’est une tendance bien installée et qui ne fait que se développer avec le ras-le-bol de la consommation de masse aseptisée.

Dans notre société axée sur la satisfaction immédiate, l’incapacité à résister à la frustration, le DIY devient un moyen de relâcher la pression et de se concentrer sur une seule chose à la fois.

Plus besoin d’être un artiste ou particulièrement doué(e) de ses mains, car les nombreux tutoriels vidéo  disponibles sur Internet simplifient le passage à l’acte.

Le “faire soi-même” c’est donc aussi le partage des connaissances et la création de liens dans une communauté.

Comme l’achat d’occasion, le “faire soi-même” est économique par rapport à un achat traditionnel.

L’investissement en temps consacré à créer un objet unique donne beaucoup de valeur à ce type de cadeau.

Beaucoup de personnes pratiquant le DIY le font pour maîtriser la provenance des matériaux et par rejet de la société d’hyper-consommation.

Enfin, en imaginant ses propres créations, on développe sa créativité, on affirme ses goûts personnels et on ressent de la fierté.

Le mot de la fin

J’espère que vous serez convaincu(e)s par ces quelques pistes pour faire plaisir lors de circonstances particulières, que ce soit Noël ou des anniversaires.
Il est possible d’effectuer des achats plus réfléchis, plus minimalistes et des cadeaux moins coûteux mais achetés avec conscience.
Le seul plaisir du partage pourrait ainsi devenir le sens profond de ces réunions familiales ou amicales.

Le partage, c'est la vie ! 😉

  1. Chez les indigènes maoris et chez les romains : https://www.scienceshumaines.com/offrir-c-est-souhaiter_fr_22933.html []
  2. Je n’ai aucun intérêt commercial à partager ce lien. Juste le plaisir de promouvoir les produits créés dans ma région ❤️ []
  3. “Fabriquez-le vous-même” []
>