5 1 vote
Évaluation de l'article

L’anxiété sociale est-elle un diagnostic ?

Si vous lisez cet article, et que vous venez sur ce site pour la première fois, vous ou l’un de vos proches souffrez probablement d’une forme d’anxiété au contact des autres. Suffisamment pour que cela nuise à votre qualité de vie au quotidien. Par conséquent, vous souhaitez retrouver l’équilibre en société.

Mais voyons déjà comment est perçue l’anxiété par les personnes qui n’en souffrent pas. Et qui devraient donc être les moins avisées pour en parler.

Dans le DSM (1), l’outil de référence des thérapeutes, l’anxiété sociale (ou phobie sociale, suivant le degré de gravité perçu) est classée comme un trouble mental.  « Un trouble mental » !… Pas très sexy n’est-ce pas ?

Je n’aime pas du tout cette classification. Vraiment pas du tout. Voilà pourquoi je souhaite que vous sachiez une chose…

Même si vous ne retenez que cela. Même si vous ne revenez pas sur ce blog, je considérerai avoir accompli une partie de ma mission. Ancrez en vous cette affirmation importante : vous êtes une personne NORMALE !

L’anxiété sociale est une vue de l’esprit

Loin de moi l’idée de vouloir minimiser vos souffrances car je suis passée par là moi aussi. Mais nous, êtres humains, sommes les victimes d’une catégorisation et d’une médicalisation à outrance. Nous sommes analysés, segmentés, étiquetés, forcés de rentrer dans des cases ; souvent trop étroites pour les êtres complexes que nous sommes. Pourtant, les connaissances scientifiques évoluent. Les recherches en sciences humaines progressent. Elles révèlent nos formidables capacités d’adaptation. Les mentalités étriquées doivent s’adapter, celles des médecins comme les autres.

Saviez-vous par exemple que dans l’édition de 1968 du fameux DSM, l’homosexualité était classifiée au chapitre des déviances sexuelles ?! Les états d’esprit ont évolué depuis lors. Celui des américains au début des années 70, celui des français dans les années 90. (2) Oui, notre pays fait preuve parfois, dans certains domaines, d’un manque cruel de réactivité et d’adaptation. Il viendra un jour peut-être, où les personnes anxieuses seront juste considérées comme des personnes à l’esprit plus analytique que la moyenne de la population.

Alors oui, peut-être que lorsque vos pensées tourbillonnent en tous sens, que vos émotions vous paralysent, que votre peur vous broie les tripes, vous vous dîtes que votre cerveau ne fonctionne pas normalement. Mais il fonctionne ! Car l’anxiété est un phénomène naturel qui a sa raison d’être pour la protection de notre espèce. J’en parle dans mon ebook

La perfection n’est pas de ce monde et et un mieux-être est possible

Ayez en tête que nous sommes des êtres vivants imparfaits. TOUS. C’est ainsi. Chaque personne que vous croisez a des failles. Elles sont simplement parfois mieux cachées que les vôtres.

There is a crack in everything
That’s how the light gets in

Leonard Cohen

(Il y a une fissure en tout, c’est ainsi que la lumière entre.)

Il existe des explications rationnelles, scientifiques à tout ce que vous vivez de désagréable à cause de votre anxiété. Et chacune de ces émotions désagréables peut être régulée, diminuée, adoucie. Car nous sommes peut-être des êtres vivants imparfaits mais la bonne nouvelle c’est que nous sommes aussi perfectibles.

Vous pouvez changer et croyez-moi, vous changerez ! Tout finira par s’arranger si vous prenez soin de vous et vous accordez un peu de bienveillance. Nous aurons l’occasion de parler de nouveau des moyens d’y parvenir…

2 techniques pour retrouver l’équilibre en société en bloquant l’apparition de l’anxiété

Si vous souffrez d’anxiété sociale aujourd’hui, vous réalisez sans doute que vos peurs interviennent lorsque vous vous retrouvez dans des situations sociales ordinaires telles que parler devant une assistance, ou évoluer dans un lieu public.

Mais vos peurs peuvent aussi être générées lors de situations de contact en face-à-face (nouvelle rencontre amicale ou amoureuse, entretien d’embauche…). Il existe en effet quatre types de situations qui sont génératrices d’anxiété sociale.

Dans tous les cas, cette anxiété cause de nombreux problèmes, aussi bien dans la vie privée que professionnelle et empêche une vie heureuse.

Ce que vous devez savoir, c’est qu’il est tout à fait possible de trouver l’équilibre et l’aisance en société. Car les principales causes de cette gêne sont bien connues.

L’anxiété sociale se manifeste généralement par une perte quasi complète des moyens devant un groupe de personnes qui peut aller jusqu’à la crise de panique.

Cette montée d’angoisse peut être paralysante et générer une incapacité à interagir avec d’autres personnes, dans n’importe quelle situation du quotidien.

Vous pouvez ressentir une timidité accrue, voire de la peur, en présence et/ou sous le regard d’autres individus. À ce moment-là, vous vous sentez jugé(e) par les autres, vous avez peur d’être mal apprécié(e) ou moqué(e). Vous vous focalisez sur ce ressenti émotionnel négatif, ce qui provoque un cercle vicieux. En effet, le cerveau et le corps étant intimement liés, toute pensée négative va se répercuter sur le corps par des troubles physiques (nœud à l’estomac, tremblements, rougissements…). De la même manière, si vous vous focalisez sur vos symptômes physiques vous allez exacerber vos émotions négatives.

Vous pouvez utiliser 2 techniques pour éviter l’apparition de l’angoisse lors d’un événement :

– vous focaliser sur les autres en société, et non sur vous.

– apprendre à respirer de façon adéquate.

Les principales causes de l’anxiété sociale et pourquoi les hypersensibles sont particulièrement impactés

L’anxiété sociale peut résulter de différents facteurs identifiés. Les principales causes des angoisses sont environnementales, éducatives, hormonales et neurobiologiques. Des enfants élevés par des parents surprotecteurs et/ou démesurément exigeants développent davantage de risques d’être exposés à la gêne en société. (3)

Les personnes sensibles voire hypersensibles vivant au sein de sociétés et/ou cultures accordant une importance prépondérante au regard et au jugement d’autrui sont nombreuses à vivre l’angoisse en société.

Une étude scientifique israélienne (4) a d’ailleurs démontré le lien entre une forte capacité d’empathie (dont sont généralement pourvues les personnes hypersensibles) et un ressenti anxieux en société. Il est vrai que cette capacité à capter les énergies et émotions dégagées par autrui peut être écrasante !

Alors, si vous éprouvez de l’anxiété sociale, vous pouvez tout simplement être une personne plus sensible que la moyenne. Je considère cela comme un atout et non une faiblesse et nous verrons ensemble qu’il y a des méthodes pour transformer cette sensibilité particulière en force…

Par ailleurs, des scientifiques ont conclu que des dysfonctionnements hormonaux, notamment au niveau du taux de cortisol, surnommée « l’hormone du stress » ainsi que des perturbations du système nerveux peuvent dans certains cas être à l’origine de l’anxiété sociale (5).

Des études entreprises sur des jumeaux éduqués dans des familles différentes ont mis en évidence la contribution du facteur génétique à la manifestation de l’anxiété sociale (6).

Avoir vécu des expériences sociales traumatisantes est également une des causes les plus courantes de l’anxiété sociale. La personne gênée en société a peur de paraître idiote ou de se faire humilier de nouveau aux yeux des autres par ses actes, ses paroles ou tout simplement par son apparence, même si celle-ci est parfaitement ordinaire.

Ceci peut arriver fréquemment dans le milieu scolaire et générer une peur qui va aller en s’accroissant avec les années, si elle n’est pas détectée à temps, jusqu’à la phobie scolaire.

Comment retrouver l’équilibre en société en 2 étapes indispensables

Comme je le précisai en introduction, il faut rester prudent sur la surmédicalisation imposée par les normes sociales actuelles. Cette question m’est importante et j’y reviendrai probablement dans d’autres articles… Dans la grande majorité des cas, l’anxiété sociale ne nécessite AUCUN traitement médicamenteux. Parfois un accompagnement psychologique peut s’avérer salutaire, notamment lorsque d’autres problématiques sont associées (dépression…).

Mon avis personnel est qu’à la base de l’anxiété sociale et même de la simple timidité, il y a d’abord un déficit de confiance et d’estime de soi. Et c’est en développant vos compétences personnelles que vous apaiserez pas-à-pas vos angoisses.

  • La 1ère étape est d’avoir une prise de conscience de ses souffrances.
  • La 2ème étape est et d’avoir réellement envie de changer et donc de passer à l’action concrètement.

Pour cela, il faut apprendre à être dans le moment présent. Ressasser des situations passées ne fait pas avancer ; pas plus qu’anticiper des situations futures.

Ce sont ces deux types de pensées (ressassement/anticipation) qu’il faut éliminer pour apaiser votre anxiété. Pensez et vivez au présent, car c’est le moment du choix et de l’action.

Pour apprendre à rester dans le moment présent, il existe différentes techniques efficaces comme la respiration, la méditation, le yoga. Mais le sport est un moyen également très efficace pour se vider l’esprit et se faire du bien.

Les thérapies sont-elles efficaces et existe-t’il une alternative efficace moins coûteuse ?

En ce qui concerne les techniques médicales, les thérapies cognitives et comportementales ont été validées scientifiquement comme efficaces pour éliminer l’anxiété sociale (6).

La personne qui souhaite développer son bien-être en société doit suivre des séances pour reprendre confiance en elle et développer ses aptitudes et ses compétences. Des formations individuelles et/ou en groupe sont dispensées par des structures spécialisées pour aider et motiver les personnes en quête de l’équilibre en société. Des sessions personnalisées sont, par la suite, proposées pour que les participants réapprennent progressivement à se sentir à leur aise dans leurs relations aux autres. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre mairie via une assistante sociale ou auprès d’un centre médico-psychologique si vous en avez un dans votre lieu de vie.

Mais il est parfois compliqué de trouver le bon thérapeute, faute de temps, de moyens financiers ou d’éloignement géographique. On peut alors simplement effectuer un travail sur soi de développement personnel comme je l’ai fait pendant des années.

Pour en savoir davantage à ce sujet et connaître :

  • les 4 situations source d’anxiété sociale
  • comment gérer la prochaine crise de panique
  • la seule respiration efficace que vous devez pratiquer pour vous calmer
  • toutes les astuces pour profiter de votre prochaine soirée ou événement de groupe dans la sérénité

Et bien d’autres informations encore, vous pouvez télécharger mon guide numérique gratuitement.

Sensiblement,

Axelle

Références et sources documentaires :

(1) DSM, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (« Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders »), publié par l’American Psychiatric Association.

(2) Cerveau & Psycho

(3) Publication INSERM

(4) Publication NCBI

(5) Livre « L’anxiété sociale » de Gérard Émilien

(6) Livre publié par l’INSERM dans la collection « Expertise collective » : « Psychothérapie – Trois approches évaluées »

Le partage, c'est la vie ! 😉

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x