Chapitres

  1. Introduction
  2. Comment est né le concept de cohérence cardiaque ?
  3. Les avantages de la cohérence cardiaque
  4. Comment fonctionne la cohérence cardiaque ?
    • Organisation du système nerveux (général)
    • Organisation du système nerveux autonome ou végétatif
    • À quoi sert le système nerveux autonome ?
  5. Comment se pratique concrètement la cohérence cardiaque ?
  6. Exercice d’application : défi 30 jours de pratique de la cohérence cardiaque

Introduction

La réceptivité du système nerveux des personnes hypersensibles est plus importante que la moyenne.

C’est cela qui crée une forte émotivité, un terrain favorable au stress, à l’anxiété ou aux crises d’angoisse.

Aujourd’hui, je vais vous présenter un outil simple, efficace et rapide pour pallier ces difficultés.

Cet outil permet de rééquilibrer l’organisme par son action sur le système nerveux.

Les effets bénéfiques sont nombreux. Notamment : réguler les émotions et apaiser l’anxiété.

Ça vous intéresse ? Je suppose que oui. Alors on en parle tout de suite !

Bonjour, je suis Axelle et vous écoutez le podcast « Sensible Révolution ». Parce qu’il est urgent de valoriser la sensibilité dans un monde qui ne peut s’en passer !

« Sensible Révolution » est le seul podcast francophone dédié au mieux-être des personnes très sensibles. Si vous appréciez ce podcast, merci de le faire connaître autour de vous et de laisser un avis sur Apple Podcasts. Cela participe à faire connaître mon travail.

Le mois dernier, je suis allée à une conférence dont le sujet m’a paru intéressant à développer dans le podcast.

Cette conférence était animée par Thierry Thomas qui a travaillé durant 20 ans aux Thermes d’Allevard, en Isère, notamment en tant que directeur. Il a contribué – avec les équipes médicales de l’établissement – au développement d’un concept qui était alors encore mal connu : les thérapies croisées. Ce que l’on appelle couramment aujourd’hui approche « intégrative ».

C’est un concept qui consiste, pour soigner une pathologie donnée, à associer différentes approches médicales. Par exemple, aux Thermes d’Allevard, le thermalisme a été utilisé pour prendre en charge la fibromyalgie avec des approches complémentaires telles que la méditation, la sophrologie, l’hypnose, la nutrithérapie, le qi gong, le yoga et la cohérence cardiaque. 

Et c’est de ce dernier outil dont nous allons parler aujourd’hui.

Comment est né le concept de cohérence cardiaque ?

Elle a été formalisée au début des années 2000 aux États-Unis et introduite en France par les médecins David Servan Schreiber et David O’Hare.

Mais les premières études qui ont été faites sur la cohérence cardiaque avant qu’elle ne porte ce nom l’ont été par la médecine traditionnelle chinoise. On découvre alors que le rythme cardiaque est irrégulier. Les médecins chinois avaient l’intuition que cette variabilité cardiaque était une preuve de bonne santé. Mais il restait à le démontrer scientifiquement et à en comprendre la raison.

Des siècles plus tard, dans le courant des années 1800[1], l’invention de l’électrocardiogramme[2] permettra d’obtenir un visuel de l’activité électrique du cœur. Ce tracé démontre à travers une courbe dessinée sur un papier que le rythme du muscle cardiaque est irrégulier.

Ce qu’on appelle la « variabilité cardiaque[3] » désigne la capacité du cœur à accélérer et à ralentir. Elle est la norme et un marqueur de bonne santé. Comme l’avait deviné la médecine traditionnelle chinoise, des siècles avant Jésus Christ sur l’échelle de notre Histoire.

Plus la variabilité cardiaque est grande, meilleure est la santé, meilleure est l’adaptation du corps à son environnement externe et interne.

On peut donc définir la cohérence cardiaque comme une pratique qui permet d’apprendre à contrôler sa respiration afin de diminuer la fréquence des battements du cœur pour réguler le stress et l’anxiété… entre autres.

[1] Historique de l’invention de l’électrocardiographie : http://www.ednes.com/ecg_ex/phistoire.htm

[2] Électrocardiographie : méthode qui permet au médecin d’obtenir un tracé de l’activité électrique du cœur. Le rythme du battement cardiaque est maintenu par une série régulière de décharges, partant du nœud sino-auriculaire du ventricule droit et parcourant le nœud auriculo-ventriculaire et le faisceau des fibres neuromusculaires (faisceau de His) jusqu’aux ventricules. En fixant des électrodes sur différentes parties du corps, on peut obtenir un enregistrement de ces variations. Cet enregistrement s’appelle un électrocardiogramme ou ECG, en abrégé.

 Encyclopédie Microsoft® Encarta® 2003. © 1993-2002 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

[3] La variabilité cardiaque se mesure avec un instrument appelé « tacogramme » puis une extrapolation des données obtenues (durée entre chaque battement de cœur) à l’aide d’un logiciel spécifique.

La cohérence cardiaque est un outil à la fois préventif et curatif.

  •  Elle est gratuite, à la portée de tous et sans aucune contre-indication médicale.
  •  Elle est peu chronophage car on peut commencer avec 5 minutes de pratique par jour.
  •  Elle est simple grâce à une application smartphone développée par les Thermes d’Allevard qui facilite l’apprentissage de la méthode.
  •  Elle est rapide en ce qui concerne ses effets sur l’organisme. Selon la durée de la séance et la qualité de la pratique, l’impact bénéfique rejaillit sur l’organisme 2 à 4 heures après une séance.
  •  Elle est utilisable pour de nombreuses applications médicales.
  • On a vu son utilisation aux Thermes d’Allevard, dans une approche intégrative, pour soigner la fibromyalgie.
  • L’armée l’a utilisé, associée à de la visualisation, pour traiter des phobies et des troubles de la concentration provoqués par des traumatismes.
  • Enfin, 80% de la population répond favorablement au cycle 5/5 que j’expliquerai tout à l’heure.

Je vous invite en complément à aller lire l’article de Passeport Santé que j’ai mis en référence. Vous y trouverez la longue liste des bienfaits de la cohérence cardiaque sur la santé.

Comment fonctionne la cohérence cardiaque ?

Organisation du système nerveux (général)

Pour comprendre comment la cohérence cardiaque fonctionne, il faut revoir quelques bases en biologie. Que je ne suis peut-être pas la seule à avoir oublié 😉

On va donc voir rapidement le fonctionnement du système nerveux et le lien entre le cœur et le cerveau.

Si vous écoutez le podcast sur mon site, vous pouvez le mettre en pause et regarder les deux courtes vidéos que j’ai insérées dans l’article.

Organisation générale du système nerveux

(01:12 à 02:39) 

Organisation du système nerveux autonome ou végétatif

Le système nerveux est divisé en plusieurs ensembles. On va s’intéresser plus particulièrement au système nerveux dit : « autonome » ou « végétatif ».

 On qualifie cette partie du système nerveux de « végétatif » car il maintient les fonctions dont il a la charge, même lorsque la personne est dans le coma.

 Il est aussi qualifié d’« autonome » parce qu’on ne peut pas le contrôler.

Contrairement au cerveau, qui commande les actes volontaires, le système nerveux autonome, est responsable des fonctions non soumises au contrôle volontaire.

Il a en charge par exemple : la digestion, le système sanguin ou les muscles cardiaques.

 Le cœur participe activement au système nerveux autonome. Sa fonction essentielle est de permettre l’adaptation de l’organisme aux changements de son environnement.

 Quand on parle d’environnement, on sous-entend l’environnement externe c’est-à-dire les événements qui peuvent se passer autour de nous. Mais cela peut aussi être l’environnement interne, c’est-à-dire ce qui se passe à l’intérieur de nous, comme les pensées, les émotions ou les sensations.

 Le cœur faisant partie du système nerveux autonome, cela veut dire que je ne peux pas calmer les battements de mon cœur par ma seule volonté. Il faut que je passe par un intermédiaire. Et cet intermédiaire est la respiration.

 Le système nerveux peut être vu comme un vaste réseau de circulation dont les neurones seraient les agents.

À l’intérieur de ce réseau, les informations circulent entre les différents systèmes sous forme de courant électrique ou chimique (appelé « influx nerveux »). L’influx nerveux passe par les nerfs. Et les neurones sont chargés de faire la circulation pour diriger l’influx nerveux au bon endroit. Tandis que les neurotransmetteurs font circuler les messages chimiques (les hormones).

 Le cœur possède près de 40 000 neurones ainsi qu’un réseau complexe et dense de neurotransmetteurs. Le cœur communique directement avec le cerveau.

Donc, en agissant sur notre rythme cardiaque via des exercices de respiration, nous avons la possibilité d’envoyer des messages positifs au cerveau.

La respiration est utilisée dans de nombreuses techniques de relaxation pour cette raison : utiliser le cœur afin de calmer le cerveau. C’est dans ce cadre qu’on peut également utiliser la cohérence cardiaque.

À quoi sert le système nerveux autonome ?

L’objectif du système nerveux autonome est l’harmonie de notre organisme.

Pour accomplir ce rôle, il est divisé en deux fonctions :

  • Le système nerveux (ortho)sympathique
  • Le système nerveux parasympathique

Les systèmes nerveux sympathique et parasympathique

L’organisme humain étant d’une grande complexité, pour simplifier, comparons notre système nerveux autonome à l’ordinateur de bord d’une voiture récente.

Le système nerveux sympathique serait l’accélérateur de la voiture, tandis que le système nerveux parasympathique serait le frein.

Ces deux fonctions du système nerveux autonome sont donc complémentaires car elles exercent des forces opposées sur l’activité d’un même organe.

L’ensemble de ce système sert à maintenir l’équilibre de notre corps en gérant les interactions physiologiques et comportementales.

Le système nerveux sympathique, l’accélérateur, nous prépare à l’activité physique ou intellectuelle. Mais aussi au combat ou à la fuite. Donc, il adapte notre organisme à l’effort.

Pour cela, il accélère les battements du cœur et la respiration. Et il diminue l’activité digestive, pour économiser l’énergie.

Le système nerveux parasympathique, le frein, diminue ou ralentit tout ce que le sympathique augmente. Donc il adapte notre organisme au repos.

Source de l’image : https://image.slidesharecdn.com

Comment se pratique concrètement la cohérence cardiaque ?

La pratique recommandée est celle du 365 :  3 fois par jour, 6 respirations par minute et pendant 5 minutes.

6 respirations par minutes correspondent à ce qu’on appelle le cycle 5/5. Cela signifie que l’on va mettre cinq secondes pour inspirer, et cinq secondes pour expirer.

Le cycle 5/5 est celui auquel 80% des gens répond favorablement. C’est le plus facile pour débuter et c’est un rythme qui équilibre.

L’inspiration stimule le système nerveux sympathique. Et l’expiration stimule le parasympathique.

Lorsque l’on utilise le cycle 5/5, on est pratiquement certain d’atteindre un état d’équilibre de cohérence cardiaque. Et c’est cet état d’équilibre entre ces deux systèmes qui est source de bonne santé.

La cohérence cardiaque se pratique dans le silence, en position assise.

Pour débuter, vous pouvez pratiquer les yeux ouverts en utilisant l’application pour smartphone développée par les Thermes d’Allevard.

Cette application guide votre rythme respiratoire. Il vous suffit de suivre des yeux une petite bulle d’air qui monte et descend dans un tube. Vous inspirez par le nez à la montée et vous expirez par la bouche à la descente.

Vous verrez, ce n’est pas si facile. Quand j’ai essayé, je n’ai eu aucun problème à l’expiration. En effet, quand je pratique la course à pieds, je suis habituée à expirer longuement pour bien vider les poumons afin que l’inspiration se fasse automatiquement et me recharge en air neuf, mieux oxygéné.

Du coup, mon expiration est longue et profonde mais mon inspiration est brève. Lorsque j’ai testé, j’ai eu du mal à tenir 5 secondes à l’inspiration.

Mais comme toute chose, c’est en pratiquant que l’on progresse, je vous invite donc à essayer.

En pratiquant, votre fréquence cardiaque va se caler petit-à-petit sur votre respiration.

On peut utiliser différents rythmes de respiration qui vont produire soit un effet apaisant, soit un effet dynamisant.

On utilisera l’un ou l’autre suivant l’effet désiré et le moment de la journée.

Exercice d’application : défi 30 jours de pratique de la cohérence cardiaque

Pour ceux qui le souhaitent, je vous invite à un petit défi.

À compter du jour où vous écouterez ce podcast, pratiquez la cohérence cardiaque avec la méthode 365 pendant 1 mois.

Je vais faire de même de mon côté.

Pour enclencher puis maintenir cette nouvelle habitude, je vous propose de prendre un calendrier papier et de matérialiser par une croix chaque jour où vous aurez pratiqué la méthode.

C’est un moyen pour ne pas briser la chaîne d’une nouvelle habitude que j’utilise personnellement.

Attention, cela ne peut fonctionner qu’avec une seule habitude à la fois, sinon, c’est trop compliqué.

Vous ne pouvez pas en même temps, débuter une nouvelle pratique physique, faire un régime alimentaire et vous mettre au sport, par exemple.

Le plus simple est de commencer une nouvelle habitude et la maintenir durant 30 jours par exemple. C’est la durée qui fonctionne pour moi, elle pourra être différente pour vous. Une fois cette durée écoulée, l’habitude devient un réflexe intégré à votre routine quotidienne. Vous pouvez alors commencer un nouveau cycle avec une habitude différente…

Une fois les 30 jours du défi terminés, je vous invite à me témoigner des bénéfices que vous ressentirez par tout moyen qui vous conviendra. J’en ferai de même.

 

Je vous retrouve dans un prochain épisode du podcast.

D’ici-là, je vous souhaite une bonne découverte de la cohérence cardiaque 👍

Si vous n’êtes pas encore abonné·e aux actualités de mon site Les Sensibles, vous pouvez le faire grâce au lien que je vous insère dans les notes de l’épisode.

À très bientôt !

Le partage, c'est la vie ! 😉

>
eget nunc Sed ut eleifend massa non dictum felis leo